CHARMEX

Développement d’un observatoire atmosphérique
en Corse


Ce développement se situe dans le cadre de l’action ChArMEx (the Chemistry-Aerosol Mediterranean Experiment ; http://ChArMEx.lsce.ipsl.fr) du programme national MISTRALS (Mediterranean Integrated Studies at Regional And Local Scales ; http://mistrals-home.org) piloté par l’INSU et l’IRD.

L’objectif de ChArMEx est de faire l’état des lieux de l’environnement atmosphérique actuel en Méditerranée, d’en évaluer les impacts sur la qualité de l’air, le climat régional et la biogéochimie marine, et d’en prévoir les évolutions probables sous le double effet du changement climatique et de la pression anthropique. ChArMEx repose sur une approche intégrée observation-modélisation. La stratégie expérimentale inclut des campagnes intensives d’études de processus incluant des moyens aéroportés et un suivi à long terme de l’atmosphère de fond à travers un réseau de stations localisées dans et autour du bassin méditerranéen. Le développement de l’observatoire du Cap Corse (ERSA) est possible grâce aux soutiens de l’ADEME (projet ERSA) et de la Région Corse (Projet CORSICA) et la collaboration d’équipes complémentaires.

 


Pour ce développement, Mines Douai-DCE est responsable des mesures de Composés Organiques Volatils (COV). Le suivi des COV doit permettre d’identifier les sources des COV qui forment le fond de pollution dans le bassin méditerranée, de suivre l’évolution de ce fond à différentes échelles de temps (hebdomadaire, mensuelle, saisonnière et interannuelle) et de mieux caractériser le potentiel de formation d’aérosols secondaires. La stratégie de mesure retenue ici consiste à rechercher certains composés organiques liés aux activités anthropiques ou au cycle de vie de la végétation, ainsi que les espèces lourdes ou intermédiaires qui sont généralement impliquées dans la formation de polluants secondaires comme l’ozone et l’aérosol organique secondaire. 2 prélèvements de 4 heures sont réalisés chaque semaine avec des canisters et des cartouches d’adsorbant. L’étude de la variabilité de ces espèces de réactivité différente permet de caractériser les masses d’air arrivant sur le site d’observations s’agissant de leur âge photochimique et des types de sources d’influence.

L’évolution des teneurs en espèces anthropiques (éthane, propane, acétylène, éthylène,..) est généralement animée de variations saisonnières avec des minima en été, parfois proches des limites de détection et des maxima en hiver. Cette tendance est celle communément observée en Europe, en atmosphère non influencée, ce qui confirme la typologie « site de fond » de cette station.


Séries chronologiques des teneurs en COV observées au Cap Corse depuis juin 2012

La stratégie d’observation étant la même, il est intéressant de comparer ces observations en Corse avec les mesures des sites MERA/EMEP de Peyrusse Vieille et de la Tardière. Il apparaît que les niveaux et la variabilité sont comparables pour des espèces anthropiques à longue durée de vie comme par exemple l’éthane.

Séries chronologiques des teneurs en éthane sur le site du Cap Corse et sur deux sites MERA

 

 

Partenaires :