Création et historique

 

La construction du bâtiment dans lequel se trouve actuellement le département Sciences de l'Atmosphère et Génie de l'Environnement date de 1971. L’école en était aux prémisses de ses activités de recherche qui reposaient uniquement sur plusieurs laboratoires. L’actuel bâtiment était ainsi occupé par les laboratoires d’analyse physique, de travaux publics, de métallurgie et controles non destructifs, d’électronique-automatisme, de chimie-corrosion-pollution atmosphérique.

 

Le laboratoire de chimie-pollution atmosphérique avait pour mission de réaliser des analyses issues des relevés des réseaux de pollution atmosphérique de la région Nord Pas de Calais. Ceux ci comportaient 130 jauges de sédimentation de type Owen et 105 appareils de soufre-fumées. Les activités liées à cette thématique vont se développer rapidement étant donné la mise en service d’un réseau automatique centralisé de mesures et d’alerte de la pollution atmosphérique dans le secteur du litoral Calais Dunkerque dès la fin de l’année 1977, sur la communauté urbaine de Lille fin 1978, sur la zone de Valenciennes en 1979 et sur le bassin minier Lens-Douai en 1980.

 

Outre la gestion technique de ce réseau régional de surveillance, des études spécifiques sont menées sur la toxicité de matières susceptibles de contenir des pesticides, l’influence de décharge d’ordures ménagères sur la qualité des eaux souterraines, le dosage du plomb en suspension dans l’air, les méthodes d’échantillonnage des appareils sur site, ou encore l’étude comparative d’appareils automatiques de mesure du SO2.

 

Au début des années 80, le nom du laboratoire chimie-pollution atmosphérique fut modifié en «Chimie et Environnement» et il comprenait alors 5 membres (3 EC, 2 ITA). Les activités étaient toujours en lien avec le réseau manuel régional de pollution atmosphérique, la mesure de polluants à l’émission, la mesure du plomb automobile dans les villes françaises, l’assistance technique aux industries régionales et les analyses d’eaux pour lesquels le laboratoire était agréé par le Ministère en charge de l’Environnement.

 

Les activités liées à cette thématique de qualité de l’air vont très vite se développer et les premières actions de recherche en lien avec la pollution photoxydante notamment vont être menées sous forme de thèse en partenariat avec l’Université de Lille 1. Le besoin de formation dans le domaine environnemental et la croissance des questionnements scientifiques en terme de mesures des polluants et de compréhension des processus atmosphériques voient la création en 1992 du Département de formation et de recherche «Chimie et Environnement». Ce département ne comportait alors que 14 membres (4 EC, 8 ITA et 2 doctorants). A compter de cette date, les activités de recherche comme les moyens humains et matériels vont largement évoluer et permettre au département d’avoir une très bonne visibilité et reconnaissance aux échelles régionale, nationale et internationale. Pour mieux refléter l'évolution de son expertise de recherche et de son offre de formation, le nom du Département a évolué pour devenir Département "Sciences de l'Atmosphère et Génie de l'Environnement" (SAGE) à compter du 1er janvier 2014.

 

Depuis sa création, le département SAGE est localisé sur le site Bourseul de l’Ecole des Mines de Douai. Il occupe à ce jour environ 2200 m² de laboratoires et de bureaux répartis sur 2 bâtiments : le premier, nommé Marie Curie, est totalement dédié au département et le second, nommé Gay Lussac, est occupé par les équipes de recherche « traitement de l’air et métrologie des capteurs atmosphériques. Deux plateformes expérimentales de mesures, l’une située à Douai (site Lahure) et la seconde au sein de l’agglomération dunkerquoise complètent l’infrastructure du département.

 

Laboratoire d’enseignement à la création et
avant la rénovation de 2008


 

Laboratoire d’enseignement après la rénovation de 2008